blank

Alexandra collin, symbiose de l’art et de son environnement

Lorsqu’un artiste peint, il nous transmet un message, il nous partage une histoire ou une émotion. C’est le cas d’Alexandra Collin qui nous partage aujourd’hui son approche qui place l’humain au coeur de son environnement.

SON PARCOURS
Née en 1989 à Lévis, Alexandra est une artiste peintre amoureuse du grand air. Ses poumons et son inspiration se nourrissent à même les grands espaces et les humeurs changeantes du fleuve Saint-Laurent, auprès duquel elle réside depuis toujours. Elle nourrit ce besoin de raconter la fluidité de l’eau, le contraste des couleurs, et d’y inclure un aspect humain, trace de son empathie débordante pour autrui. Alexandra est fascinée par la nature humaine, dans sa complexité, son intensité et sa sensibilité. L’art fait partie intégrante de qui elle est : initialement, la photographie a été sa porte d’entrée dans le monde des arts visuels et, enfin, c’est aujourd’hui dans la peinture abstraite qu’elle a l’impression de vraiment s’épanouir. Son art est un délicieux mélange d’émotions humaines et des aléas de la nature.

Sa démarche artistique réside principalement dans la fluidité : rien n’est statique, pas même elle, lors de la création de ses peintures. Tout commence avec des photographies prises ici et là, ainsi que des mots lus, entendus ou gribouillés. Puis, la musique emplit son espace et elle se laisse entraîner par le rythme de la création, des contrastes, des irrégularités. Ses peintures, dans leurs mouvements accidentels et planifiés, agissent comme miroir de la vie. La nature, le vent et l’eau, l’espace et la temporalité sont des prétextes qui animent sa gestuelle sur la toile ou sur le papier.

Pour Alexandra, peindre consiste en une déconstruction des images qui vivent déjà dans sa tête, en l’extraction de couleurs et de textures, jusqu’à ce que les émotions et les tons existent à leur état le plus brut. Elle crée avec tout ce qui se trouve à sa portée (mains, pinceaux, spatules). À l’acrylique, l’aquarelle, avec des pastels à l’huile ou bien encore à l’aide d’un crayon, sur toile ou sur papier, tout peut être utilisé afin de donner vie aux sensations qui sont à la base de ses œuvres dansantes.

blank

Marie-France : Quand tu débutes une toile, par quoi commences-tu ?

Alexandra : « Je commence toujours aux crayons avec une étude du mouvement. Par la suite, je vais utiliser différents médiums fluides en minces couches pour habiter la toile. Je m’amuse à explorer les nuances d’une même couleur. »

Marie-France : Qu’est-ce qui t’inspires le plus quand tu peins ?

Alexandra : « J’ai beaucoup d’énergie que j’aime dépenser à l’extérieur. Alors souvent c’est la nature qui est à la source de ma gestuelle. Après c’est certain que l’émotion de l’instant vient teinter le tout. »

 Marie-France : Qu’est-ce qui différencie ton travail et ton approche artistique ?

Alexandra : « Mon parcours professionnel en orthophonie m’a amené à voir des situations où l’humain est fort, déterminé, résilient. La relation d’aide fait partie intégrante de qui je suis. À travers mes œuvres, j’ai toujours un message d’espoir que ce soit dans le choix des mots du titre de mes œuvres que dans l’émotion que je partage dans une œuvre. Je veux que la personne qui regarde une de mes œuvres se sente bien au quotidien. »

blank
THE WIND WAS GRAY AND YOUR BODY SALTY
blank
WHEN THE HEAT GRISPS THE FALL, MY THOUGHTS TURN TO YOU

Marie-France : Quelle est ta conception de l’art ?

Alexandra : « L’art est une façon d’échanger, c’est la trame sonore d’une vie. Cela permet de choisir le ressenti, la vibe que l’on met dans notre maison. Ça influence, inspire notre quotidien et l’art transcende le temps. »

Marie-France : Ton style semble évoluer vers une approche plus minimaliste par rapport à ce que l’on connait de ton travail, pourquoi ? 

Alexandra : «Le mouvement fera toujours partie intégrante de mon style. Par contre, présentement, avec le ryhme effreiné de la vie d’aujourd’hui, j’aspire à partager le calme, l’appaisement et la sérénité dans mes oeuvres. C’est très difficile pour moi de restreindre les mouvements pour laisser place à quelque chose de différent, de nouveau. Ça me sort de ma zone ! Je suis en paix avec le résultat et le message que je partage avec ces oeuvres qui traduisent le nouveau moi ! »

Marie-France : Quel format préfères-tu le plus dans ta création ?

Alexandra : « Plus c’est grand, plus c’est le fun ! Ma plus grande toile a été un 5’x7’. J’ai eu un plaisir fou à réaliser cette œuvre. J’aime la liberté et la place à l’expansion qu’offrent les grands formats. »

Intégrer une oeuvre d'Alexandra dans son espace

Que ce soit pour un style classique chic, scandinave rustique ou farmhouse moderne, les oeuvres d'Alexandra trouveront toujours leur place. Pourquoi ses oeuvres sont si polyvalentes par rapport aux différents styles de design ? La réponse est simple, Alexandra se projette face à son client et son intention est de traduire l'humain dans son environnement. Résultat : ses oeuvres savent s'adapter et se collent à la personnalité de son acquéreur. Autant à la maison qu'en entreprise, exposer une oeuvre d'Alexandra permet assurément une connexion directe entre l'occupant, son espace et la nature.

Auteure :

Marie-France Béland

Fondatrice, directrice artistique & image de marque

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *